(2/3)

<< Page précédente Page suivante >>


Après ces 4 jours à La Réunion, nous sommes donc arrivés à Tsarabanjina.



L'île en bref


Tsarabanjina est une île privée, située dans l'archipel des Mitsio. Elle appartient aux propriétaires de l'hôtel. C'est un vrai petit paradis : une dizaine de bungalows sur la plage Sud (où nous étions), une dizaine sur la plage Nord, du sable blanc, une eau chaude et couleur turquoise. Ajoutés à cela, un bâtiment qui fait bar-restaurant sur une petite plage au Sud, et un club de plongée dont le local est au centre de l'île.
La partie Est de l'île est sauvage : une végétation dense, des rochers et une petite plage.

Le personnel est très cosmopolite : Le directeur anglophone, le moniteur de plongée Français, les biologistes et les animateurs Italiens, le médecin et le reste du personnel étant Malgaches.

Les vacanciers n'étaient pas nombreux durant cette semaine. Sur une quarantaine de places, nous n'étion qu'une quinzaine les plus grosses journées, mais il y a eu une journée où nous ne fûmes que quatre !
Il y avait une majorité d'Italiens, avec quelques Français, et même un couple de Russes.

Notre bungalow

Il faut avouer que l'hôtel a été très bien conçu.

Les bungalows en bois sont en bordure de plage, juste derrière les premiers arbres (palmiers, filaos et raisiniers). De sorte qu'ils s'intègrent vraiment bien dans le paysage.

L'intérieur est simple et de très bon goût. À chaque bungalow sont associés un hamac, deux transats et un parasol qui participent à l'ambiance décontractée de ce séjour.
Sur cette plage, une balancelle ajoute au charme du séjour.

Comme on dit : luxe, calme et volupté...

 
Les activités

Nous étions venus à Tsarabanjina pour plonger. Une plongée le matin, une l'après-midi, et cela nous a occupé la majeure partie de nos journées. D'ailleurs, si vous voulez voir les photos sous-marine prises là-bas, cliquez sur le poisson ci-dessous.

Sinon, nous aurions également pu faire de la pêche au gros (ce n'est pas notre truc : on préfère les poissons sous l'eau), du snorkeling (que nous avons fait en début de séjour), du ski nautique (j'ai déjà essayé, mais je ne suis pas doué), ou du volley-ball.
Mais honnêtement, la plongée ça fatigue, et nous nous contentions de petites balades et de farniente avec un bon bouquin.

 
Le Nord de l'île

Tsarabanjina fait partie de Madagascar, et malheureusement, c'est un pays où l'hygiène laisse à désirer (il y a des cas de choléra sur l'île-continent). Et malgré que ce soit un hôtel plutôt haut de gamme et d'une propreté qui nous semblait irréprochable, nous avons attrapé chacun une petite gastro. Rien de bien grave, mais ça rend patraque une demi-journé ou une journée entière. Un autre couple de Français y ont eu droit aussi. Mais le médecin del'hôtel gère tout ça très bien. Pas de souci, donc.

Lors de la demi-journée d'indisponibilité de Sylvie, je suis parti faire un peu le tour de l'île par le côté Ouest.
Depuis le bord, on voit très bien les 4 frères où nous allions souvent plonger (ce sont les rochers au fond des photos de droite).

L'île n'est pas bien grande, et je suis vite arrivé sur la plage Nord. C'est depuis cette plage que nous partions plonger. Il y a une formation rocheuse originale de ce côté, avec un gros trou dans une roche.
Au-delà de cette plage, il y a des rochers qui longent la falaise qui borde le côté sauvage (à l'Est) de l'île. Comme nous avions déjà visité ce côté-là en début de semaine, et que de plus il faisait assez chaud, je suis rentré au bungalow. "Pas d'effort après la plongée", qu'ils disent... ;-)

 
Le Sud-Est de l'île

Le lendemain, c'est moi qui ai eu droit à la gastro. C'était donc à Sylvie d'aller se balader.
Elle a choisi de partir du côté Est.
Cette partie n'est pas exploitée par l'hôtel, et des pêcheurs malgaches en ont profité pour s'y installer.
Ils vivent dans un camp de fortune, contitué de quelques branches et de toiles rafistolées, et font sêcher leur poisson au soleil.
J'espère que l'idée ne viendra jamais aux responsables de l'hôtel de vouloir déloger ces gens. Ils ne dérangent personne, et essayent de subsister comme ils peuvent.

 
Le reste de l'île

L'île n'est pas bien grande, comme je l'ai déjà dit.
Le bar-restaurant se situe au Sud-Est de l'île. On pouvait le rejoindre soit par la plage et les rochers, soit par les chemins par l'intérieur.

Il n'était pas rare de voir une poule d'eau se promener entre les fauteuils du bar.
Les poules d'eau sont d'ailleurs nombreuses sur l'île, et il nétait pas rare d'en entendre dans les buissons qui bordaient les chemines du centre de l'île.

Ce n'est pas non plus la seule espèce d'oiseau sur l'île. Les arbres devant le bar abritent quelques cardinaux amoureux.

Dans les falaises entre le bar et la plage Sud, on pouvait aussi voir un couple de paille-en-queue.

Le soir, au pied de ces falaises, une aigrette (Egretta dimorpha) faisait souvent ses courses, à l'affut du moindre poisson imprudent.

Le long du chemin de l'intérieur, on pouvait souvent voir une femelle paradisier gobe-mouche de Madagascar (Terpsiphone mutata) dans son nid.

Ce chemin, abrité du soleil par une végétation abondante, était bordé de nombreuses plates-bandes et autres buissons regorgeant de plantes tropicales.

 
<< Page précédente Page suivante >>